FREN

JEAN-PAUL BATH
Directeur Général du VIA

Biographie

LETTRE DE L'INNOVATION

Consultez-la

INFOS PRATIQUES
Galerie VIA

120, avenue Ledru Rollin
75011 Paris
Métro : Gare de Lyon / Ledru Rollin

Horaires :

lundi-vendredi : 9h30-18h30

SUIVEZ-NOUS SUR...
  • Facebook
  • Twitter

Autour de Diogène - Conversation avec Sylvain Dubuisson

Qu’est-ce que fonctionnel veut dire ?
Conversation avec Sylvain Dubuisson.

INTERVENANTS
Chantal Hamaide, Directrice de la publication - Intramuros
Jean-Paul Robert, architecte et critique
MODERATEUR
Michel Bouisson, Responsable du programme d’Aides à la Création - VIA


Table Ronde du VIA n° 20
« Comment la qualité d’un lieu conforte - t’elle la beauté de l’existence ? ». A cette question que posent Chris Younes, Michel Lussault et Thierry Paquot dans « habiter, le propre de l’humain » (*), Sylvain Dubuisson semble leur répondre : « Même dans un contexte de contraintes, tout n’est pas dicté par une nécessité. C’est la faculté d’organiser dans l’espace les différents dispositifs plus ou moins fonctionnels qui procure un sentiment d’efficacité et redonne une perception fluide de l’espace et une notion de plaisir ». Tous ceux qui aujourd’hui réfléchissent au devenir urbain, et notamment à celui des grandes métropoles, s’accordent sur la nécessité (raisons économique, environnementale, etc…) de densifier l’espace bâti. Ainsi, la question des qualités de nos habitats va se poser en d’autres termes que ceux qui prévalent encore aujourd’hui dans la vulgate des professionnels.

Il s’agit désormais de définir préalablement ce que devront être ces qualités, et particulièrement celles que recouvrent la notion très générale de fonctionnalité. C’est à cette tâche que Sylvain Dubuisson s’attelle, à travers Diogène, une micro architecture installée sous une des voutes de la galerie VIA ; une tâche entreprise voici déjà quelques années, celle d’explorer (en expérimentant) la relation complexe entre bâti, aménagement et équipement et, se faisant, de mettre à l’épreuve les lignes de partage disciplinaire entre design et architecture… d’esquisser, peut-être, ce que pourrait-être une nouvelle alliance.

(*) Habiter le propre de l’humain – Villes, territoires et philosophie - Editions de la Découverte


Sylvain Dubuisson, architecte et designer
Architecte et designer, Sylvain Dubuisson n’appartient à aucune école ou famille de créateurs. Diplômé de l’Ecole d’architecture de Tournai en Belgique, descendant d’une lignée d’architectes lillois par son père et bordelais par sa mère, Sylvain Dubuisson, né en 1946, est l’un des créateurs les plus singuliers de sa génération. Alliant le goût des technologies de pointe et la précision de l’artisan, il est l’auteur d’une grande diversité d’objets et de meubles ainsi que d’espaces : de l’aiguière au lampadaire, du fauteuil de ministre au siège épiscopal, du stylo porteur de l’écriture de Rimbaud à la vaisselle de porcelaine virginale, de la réhabilitation de logements sociaux à l’aménagement d’un musée, d’une église, de boutiques de luxe, de la scénographie d’une exposition à la création de mobilier urbain… Cette diversité démontre aussi que architecture et design sont chez Sylvain Dubuisson indissociables.

Le dessin qui préside dans chacun de ses projets fait également partie du quotidien de Sylvain Dubuisson. « La main pense et porte en elle, dit-il, toute la grandeur et l’imperfection de la sensibilité ». On voit ainsi apparaître la spirale dans les pieds des fauteuils, la torsade des bougeoirs et des carafes, la volute d’un escalier. Une autre constante de son oeuvre est la référence littéraire. Chacune de ses lampes est ainsi chargée d’une parole, d’une pensée : «Beaucoup de bruit pour rien » recèle un inventaire de Kafka, « Applique A4 » donne à lire notamment un poème de Robert Musil. Il en est de même pour le vase « Lettera amorosa », gravé d’un poème de René Char.

Maîtrisant parfaitement les contraintes industrielles, Sylvain Dubuisson explore toutes les possibilités des nouvelles technologies. « Le matériau permet, souligne t-il, de révéler l’intériorité, de provoquer le basculement. » A ce titre, « La Table composite », réalisée en 1987, en est l’un des premiers et des plus parfaits exemples. Ainsi, à travers une oeuvre où matériel et spirituel s’unissent, Sylvain Dubuisson transmet « un discours parfois clair, parfois ténu, parfois occulte, qui transcrit la conscience de notre quotidienneté. »

Réalisations les plus récentes
• Rue Watt, Paris, éclairage urbain avec Bruno Fortier, architecte, et Louis Clair, éclairagiste, en cours
• Bernardaud, tasse à café «Anno» 2008 + plats série limitée pour Art Meets Matter, New York, 2009
• Dupont Café, Paris, aménagement en collaboration avec Sandra Carigliano, architecte d’intérieur, 2009
• Parlement Européen, Bruxelles, scénographie de l’atrium et aménagement des salons de la Présidence Française, 2008
• Cartier Ginza, Tokyo, rénovation de la façade, 2007


audioplayer
Turn on your JavaScript
play / pause00:00
play position
00:00 mute / unmute
volume control
  • Autour de Diogène
  • Autour de Diogène (suite)



Informations pratiques
Galerie VIA
33, avenue Daumesnil, Paris 12ème
Métro : Gare de Lyon / Ledru Rollin
La table ronde sera suivie d’un cocktail.

RSVP avant le jeudi 5 novembre 2009 auprès de Pauline Lacoste, Attachée de presse-VIA
Téléphone : 01 46 28 11 11 / Fax : 01 46 28 13 13 / Email : lacoste@mobilier.com

Coordination: Michel Bouisson (Chargé des Aides à la Création VIA)


Top