FREN

JEAN-PAUL BATH
Directeur Général du VIA

Biographie

LETTRE DE L'INNOVATION

Consultez-la

AGENDA DU DESIGN
INFOS PRATIQUES
Galerie VIA

120, avenue Ledru Rollin
75011 Paris
Métro : Gare de Lyon / Ledru Rollin

Horaires :

lundi-vendredi : 9h30-18h30

SUIVEZ-NOUS SUR...
  • Facebook
  • Twitter

Christian LACROIX

Contact : 73, rue du Fg Saint-Honoré 75008 Paris - France

Tél. 01 42 68 79 00

info@c-lacroix.com
www.christian-lacroix.com
 
styliste

Christian Lacroix est né le 16 mai 1951 à Arles (Bouches-du-Rhône), sous le très symbolique signe du taureau (ascendant lion), d’une famille à la fois cévénole et provençale alliant donc la rigueur classique à la bonne humeur baroque.

Tout au long d’une enfance solitaire passée entre les plages de Camargue et les pinèdes des Alpilles, les ruines gallo-romaines et celles, encore présentes, des bombardements de 1944, la tauromachie et les festivals de théâtre ou d’opéra, les traditions provençales et celles des gitans ou de tous les peuples de la Méditerranée rassemblés là, les tableaux des musées et les livres des greniers, les vieilles photos et les histoires, il ne fera que dessiner, encore et toujours, pour remonter le cours d’un passé à jamais fascinant, saisir les costumes et coutumes du temps qui passe, créer ses propres modes. L’adolescence, partagée entre la "dolce vita" méridionale et la passion pour l’Angleterre d’Oscar Wilde et des Beatles, Barcelone et Venise, passe par la faculté des Lettres de Montpellier (latin, grec, histoire de l’art, de la littérature et du cinéma) pour finir en 1973 à Paris, à la Sorbonne et à l’Ecole du Louvre (préparation d’un mémoire sur le costume au XVIIème siècle et du Concours des Conservateurs de Musées).

Mais quelques rencontres déterminantes lui font prendre un autre chemin: Françoise, qui va devenir sa femme, l’initie à Paris et l’encourage à dessiner. Marie Rucki, directrice du Cours Berçot, lui permet de montrer ses croquis de mode et de théâtre (il n’a toujours pas tranché entre ces deux univers) tant à Karl Lagerfeld qu’à Pierre Bergé et Angelo Tarlazzi qui tous lui donnent confiance. Jean-Jacques Picart, attaché de presse et conseiller pour les griffes les plus diverses, des "créateurs" aux industriels en passant par les Maisons de luxe, le fait entrer chez Hermès en 1978 pour y apprendre les bases. Il deviendra l’assistant de Guy Paulin, auprès duquel il apprendra à rendre contemporain son sens de la nostalgie à travers des raffinements subtils de couleur, les mélanges des matières et la modernité des allures.

En 1980, il collabore avec le couturier de la Cour Impériale de Tokyo avant de rejoindre, en 1981, la maison Jean Patou, toujours avec Jean-Jacques Picart, avec lequel il relève le défi de la Haute Couture que l’on disait moribonde mais à laquelle, saison après saison, ils parviennent à redonner des couleurs, une extravagance qu’elle n’aurait jamais du perdre et une luxuriance qui deviendra celle des années 80. Ce travail est consacré en 1986 par un premier Dé d’Or, puis par l’Award du créateur étranger le plus influent, décerné par le CFDA à New York en janvier 1987.

Au même moment, ils rencontrent Bernard Arnault et s’associent pour fonder la maison Christian Lacroix dans l’hôtel particulier du 73, rue du Faubourg Saint Honoré. La première collection de Haute Couture, dédiée au Midi, défilera en juillet de la même année, opposant le retour excentrique aux racines bigarrées à l’uniformité minimaliste alors en vigueur. La seconde collection obtiendra un deuxième Dé d’Or en janvier 1988 et, deux mois plus tard, sera présentée la première ligne d’un prêt-à-porter qui n’a jamais cessé de puiser son inspiration dans les métissages des cultures.

Les accesssoires suivront en 1989 et de nouvelles boutiques sont ouvertes à Paris, Arles, Aix, Toulouse, Londres, Genève, ainsi qu’au Japon.

En 1994 est créée une nouvelle collection plus "sportswear": Bazar, complémentaire des autres lignes mais avec sa propre identité, zappant plus que jamais avec les folklores et les époques. 1995 est l’année du lancement des draps et des éponges, pensés avec le même esprit puisque "mode" et "mode de vie" ne font qu’un.

En 1996 est lancée la ligne "Jeans de Christian Lacroix" produite et distribuée par Gilmar. Une collection qui mêle le passé, le présent et le futur, inspirée des arts et traditions populaires des ethnies du monde entier.

Une nouvelle ligne est lancée en janvier 1997: celle des Arts de la Table en collaboration avec la maison Christofle.

Un accord de licence avec Pronuptia a été signé en 1997 pour la fabrication et la distribution d’une ligne de robes de mariées: "Christian Lacroix Mariée".

Parallèlement à cette réflexion permanente sur l’air du temps, le style et l’avenir, Christian Lacroix n’a jamais abandonné l’idée de dessiner pour la scène. Entre autres, "Tarnished Angels" pour Karol Armitage à l’Opéra de Paris en 1987, la "Gaité Parisienne" pour Mikhaïl Baryshnikov au Metropolitan Opera de New York en 1988, "Carmen" aux Arènes de Nîmes en 1989, "L’as-tu revue?" à l’Opéra Comique en 1992, "Les Caprices de Marianne" pour Lambert Wilson aux Bouffes du Nord en 1994, "Othello" au Théâtre 14 et "Phèdre" à la Comédie Française en 1995 (c’est pour ce spectacle qu’il a reçu le "Molière" du meilleur créateur de costumes), "Don Juan" de Montherlant au Théâtre de Nantes, "Les Enfants du Paradis" au Théâtre du Rond Point en 1997, les costumes de deux ballets (La Valse des Bonsons et le Beau Danube Bleu de Johan Strauss) à Vienne pour le Nouvel An, et dernièrement les costumes du film de Diane Kurys, "Les Enfants du Siècle" avec Juliette Binoche et Benoît Magimel.

Enfin, après "Pêle-Mêle" en 1990 écrit avec Patrick Mauriès, il collabore avec ce dernier en 1994 pour "Styles dAujourd’hui" qu’il illustre et en 1996 pour "Journal d’une Collection" où ils dissèquent les rouages de la création d’une collection de Haute Couture.


assiettes et tasse Modèle Follement
© J.J. Collot

bougeoirs Flambeaux Follement
© J.J. Collot

gobelets Verres Follement
© J.J. Collot

assiettes, tasse et gobelet Follement parme
© J.J. Collot

nappes "Trianon", "Tralala", "Neptune", "Farigoule" © V. Knapp

assiettes et coupelle Follement platine
© V. Knapp

nappe, assiettes, gobelets Table Christian Lacroix
© J.J. Collot

Top